Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juillet 2018 7 22 /07 /juillet /2018 15:59
iar în realitate s-au întâmplat următoarele

şi în a şaptea zi s-a trezit din somn întins în mijlocul unei câmpii fără nume şi a deschis ochiul drept căci stângul îi era încă lipit de pământ (aşa obişnuia să doarmă pe partea stângă direct pe inimă să nu-i sară din loc) şi a văzut firele de iarbă fiecare cu câte o bifurcare în vârf ca firele sale, niciodată tunse, de păr sau ca o limbă de şarpe adulmecând prada şi ochiul său pătrunzător 
 
le-a văzut adn-ul în spirală şi s-a gândit : „ce lume sucită a mai ieşit” iar capul îi era greu după atâta hârjoneală şi calcule la nesfârşit 
 
„va trebui să dau vina pe altcineva la un moment dat şi să-i numesc cumva caraghios să zicem newton, sau mendeleev, sau fibonacci… ma rog, găsesc eu ceva…” iar firele îl priveau dojenitor de sus gata să-l încolţească unele şi-au crescut şi spini deja pentru atâta treabă „dacă nu mă ridic, mă sfâşie ăştia de viu, iată, ochiul stâng a şi prins rădăcină. dacă mai stau culcat îmi va creşte un pom direct din ţeastă ca mai apoi să vină o evă şi să muşte din ochi în loc de măr? ce naiba vor de la mine? eu am vrut să fie totul frumos…” 
 
s-a smuls de jos, s-a înălţat supărat, iar în locul său a trimis un cosaş.

Partager cet article

29 juin 2018 5 29 /06 /juin /2018 10:53
Cuţitul elveţian

avea un cuţit elveţian

de import

chiar din Elveţia

pe unde-o mai fi fost asta

poate chiar pe strada vecină

dar nu contează Elveţia

ci faptul că ştia că era unul autentic

cu cruce albă pe el

 

I-a desfăcut lama

şi trecând pe lângă

copacul din parc

i-a împlântat-o

în corpu-i fibros

şi a împins în jos

apoi spre dreapta

apoi oblic

tăind cu cuţitul elveţian

autentic

un pre (al său) nume

dacă tot trebuia să

taie ceva

 

a tăiat fără să gândească

în corpul lemnos

nu atât de dragul tăiatului

cât din mândria de a avea un

cuţit elveţian autentic

care se cerea testat

totul a funcţionat la perfecţie

conform certificatului

de garanţie

mecanismul simplu

nu a dat greş

toate resoartele şi piuliţele

au rezistat

şi nici cruciuliţa albă

nu s-a urnit din loc

 

Iar copacul crescând

şi-a deschis rana cicatrizată

spre lume

şi tăieturile se îngroşau

an dupa an

şi deveneau tot mai vizibile

tot mai lizibile

divulgând pre (al lui) nume

trecătorilor

precum se întâmplă cu toate

rănile şi tăieturile.

                                                                       (18/02/2016)

Partager cet article

28 mai 2018 1 28 /05 /mai /2018 15:22
Paolo Veronese, "The Eternal Father"

Paolo Veronese, "The Eternal Father"

Я вот что подумал: есть такой многоуважаемый чувак, Владимир Познер. Классный мужик. Я тоже так хочу. Но не умею. И уже не смогу. Видимо процесс затвердения костей у меня по-другому происходит. То есть у меня он уже, а у него вроде еще нет, или даже так: у него по-разному, от погоды зависит, наверное. Хотя умный, и этим подкупает. Или его. Но я не об этом.

Вот он всё спрашивает своих гостей: "А что бы вы сказали Богу?". Сам он как-бы атеист, но всех спрашивает. И правильно делает. Потому что атеист. А с "богом" заработать можно больше. Спросите у попов, они на этом деле собаку съели, даром что в великий пост. И совсем даже не даром, я вам скажу.

Так вот: если меня пригласил бы Познер, хотя он меня не пригласит, поскольку я вроде как и не совсем подлец, чтобы это случилось быстро, а по-другому он не доживет, ну или я не доживу, это-ж страшно подумать: человеку 84, если ему верить, а как выглядит! Mне бы так в 60! Hо до 60-ти и дожить-то надо... Так вот: если бы меня пригласил Познер и спросил бы, по привычке скосив стрелку на Пруста, типа это не я, моя хата с краю, даже если я всё знаю: "А если бы вы, дорогой вы наш Виталий Андреич, встретили Бога, что бы вы ему сказали?"

Нет, конечно, для начала я бы сделал ему приятно, это же бесплатно, и сказал бы, что я тоже атеист. На самом деле это не его дело, да и не ваше, дорогие мои читатели, я даже вот сомневаюсь если это моё дело. Ну, на самом деле, сами подумайте, если Бог есть, разве не всё ли ему равно атеист я или нет? А ежели я в него верю, то какая собственно разница, есть ли Бог или его нету?

Но потом я бы ему непременно сказал следующее: "А я бы ему врезал. Вот так сразу, бах!, и прямо в его бородатую бесстыжую харю, без разных там "здрасьте" и "как дела"." Познеру наверняка было бы приятно. Да и рейтинг передачи был бы о-го-го какой! Притом что тут и матерного-то ничего нет, запрещенного на российском государственном и не совсем государственном, даже если там разницы никакой нет, телевидении. Правда там еще какой-то закон об оскорблении чувств верующих присутствует. Только я же не говорил, что я не верую. Я говорил, что это не ваше дело, а это не то же самое. Познер и сам-то на этот вопрос отвечает, что сказал бы Богу "Как тебе не стыдно?", но не могу же я повторять его слова, да и говорил же я вам с самого начала, что как он я не умею.

Закостенело все, вот и не умею. Вы только не подумайте, я не считаю себя дураком. Другие может и считают, но я - нет. Свое мнение я могу и поменять, но оно будет такое же прямое, или кривое, но твёрдое. Кальция наверное много жрал в детстве: страна аграрная, дедушка с бабушкой - в деревне. Сказки да небылицы рассказывали, а некоторые даже очень и былицы... Вот и закостенело кое-где. Уменьшилось адаптационность, так сказать. Говорят, иногда на срок жизни влияет, в быстро меняющейся окружающей среде особенно. Ну и ладно. До среды еще дожить надо. У нас пока сплошной понедельник. Вроде-бы как что-то началось, все с похмелья страшного, а что дальше будет еще не совсем ясно, да и не интересно по большому счёту никому... Все обратно в воскресенье хотят. Но ведь сказано же: назад пути нет! позади Москва! (тьфу ты! это из другой белиберды...) В смысле, нельзя назад. Даже в песне поётся: "Жизнь невозможно повернуть назад, И время ни на миг не остановишь." Алла Пугачова, кстати. Тоже безвременная и чтимая особа.

А почему собственно и нет? Дать Богу по харе, это же так постмодерного. И главное, есть же за что! Тут тебе и нескончаемые войны, и безвинно умирающие младенцы, и разные там цунами с землетрясениями, уносящие несметное количество жизней. Тут тебе и массовые расстрелы и газовые камеры, да и не счесть всего... А ему хоть бы хны: сидит себе на своем небе и знай себе зевай, да на ангелочков поглядывай. Прям вуaйярист какой-то, с садисткими уклонами…

И не надо на других сваливать ответственность, на чертей разных или на кого там обычно сваливают! Назвался Богом, так давай, соответствуй! Я вот не назывался человеком, так получилось, может даже и не получилось идеально, но сказали что вроде "человек", так я пытаюсь им быть! И иногда это неимоверно трудней дается, чем просто быть богом. Стругацкие конечно не согласны были, но это литературный трюк у них такой был. Инопланетяниным был ихний Румата, хоть и с Земли, но там он был заурядным инопланетяниным, а не богом. Да и где, собственно, сейчас Стругацкие? Вот-вот... Нету их. И не дошли, видать, они до Бога, так как тут ничего особенно и не поменялось с их пор. Плохие из них Сталкеры вышли...

Нет, точно, я бы Богу как следует врезал. Со всего маху и со всей силы. Я в своей жизни всего пару раз дрался. Ну может три - и все. Ну не могу я человека по лицу! Никогда не мог... С самого детства. Отголоски воспитания. Но он ведь не человек. Он же Бог! Ему-то что? Ему - ничего, он же вечный, бессмертный и неуязвимый. По крайней мере так его малюют. Ну и мне наверное - тоже ничего. Он же добрый. Всепрощающий. А ежели не добрый, так и не Бог вовсе. А ежели не Бог, так и не грех ему по харе со всего маху. Мoжет даже совсем и наоборот, благое дело!

Вот такие вот мысли с понедельника... Только не пустят меня к нему, по любому... Вот прочитают там в канцелярии небесной эти мысли мои крамольные и понаставят к нему стражей всяких, архангелов с мечами огненными да копьями драконоповергающими, и не дадут мне к Богу добраться...

Ну и ладно, ну и черт с ними... Мне до Познера не суждено, а тут - к Богу.

И так проживем!

Partager cet article

17 mai 2018 4 17 /05 /mai /2018 16:01
Eros dans "Les Balkans"

- Hé, Eri, viens pars ici, toi ! Comment ça va, Eri, tout va bien ? Tu veux une bière ?, le grand black lui donna une grosse tape dans le dos, tout en ricanant.

Eros le regarda soupçonneux, il n’avait pas bien saisi l’intention du mec. Il avait plutôt l’impression qu’on se foutait à nouveau de sa gueule et ça, il ne pouvait pas le blairer. Cela remontait à la semaine dernière : Yass s’était amusé à le souler ce jour-là et, sans s’en rendre compte, Eri est tombé dans le panier. Il voulait s’approcher de Yass, mais il ne parlait pas encore bien français et n’avait pas senti le piège à temps : il a été pendant toute une soirée l’objet de railleries du groupe de Yassine. Il l’avait appris quelques jours plus tard : Yass avait parié avec un de ses comparses après combien de verres de bières « Eri-la-pute » tomberait par terre. Celui qui perdait règlerait l’addition. Eros tomba seulement après 5 bières : il ne tenait pas à l’alcool, était chétif et ce jour-là n’avait rien mangé. Yassine perdit son pari, il misa sur 8, mais, du coup, le jeu ne lui couta pas excessivement cher non plus… Pour Eros cette soirée ne passa pas sans conséquences. Sans parler du lendemain qui avait été un cauchemar, le turc lui avait présenté l’ardoise « de propreté » car il avait vomi et « d’hébergement » car il avait passé la nuit dans la réserve du bar… Et de l’argent, il n’en avait pas…

Yassine, que tout le monde appelait Yass, était un habitué des lieux. Il passait régulièrement boire un verre dans « Les Balkans », un bar crasseux d’Aubervilliers. Le local était tenu par un type d’origine douteuse, mais qui se présentait comme venant de Turquie. Il racontait à tout le monde qu’il avait vécu en Roumanie et qu’il avait monté une affaire là-bas et qu’il avait été riche, très-très riche, mais son ex-femme, une roumaine malhonnête, l’avait trompé avec un mafioso local et, de commun accord, l’ont dépouillé de tout en achetant un juge, oui, elle avait même couché avec ce juge-là, elle couchait avec tout le monde de toutes les façons, ils lui ont tout pris, lui laissant juste de quoi s’enfuir et de quoi ouvrir ce bar, il ne pouvait plus rester là-bas, ils voulaient le tuer, mais il aimait beaucoup, la Roumanie, même s’il ne pouvait plus y retourner car il risquait la mort, c’est lui qui était con, il n’avait qu’à faire attention, mais elle était trop belle, elle lui avait tourné la tête, mais non, il n’avait rien contre les roumains non-plus, d’ailleurs les deux serveuses qui travaillaient dans le bar étaient de Roumanie, enfin, une d’elle était moldave, sa concubine aussi était une roumaine, il l’aimait mais il ne voulait pas se marier encore, il voulait être sur cette fois-ci et ne pas commettre la même erreur, et patati et patata… Son histoire correspondait très bien avec ce local où tous les soirs s’agglutinait une population peu fréquentable, bruyante et hétéroclite, pour profiter de la bière qui ne coûtait vraiment pas cher. On entendait parler, enfin plutôt crier et jurer, roumain, serbe, bulgare, albanais, turc et Dieux sait quoi encore… La musique diffusée était toujours la même sans toutefois se répéter : des « manélés », sorte de mélange arabo-balkanique, dont les textes étaient comme des bouts de l’histoire fantasque du turc ou l’inverse, son histoire n’était qu’une suite de « manélés », mais cela n’avait vraiment pas d’importance… on les écoutait, on en riait, on en pleurait.

Yass et sa bande passait régulièrement au bar, mais cela ne voulait pas nécessairement dire souvent. Une ou deux fois par mois. C’était assez incongru de le voir débarquer dans ce local pouilleux avec quelques-uns de ses sbires, descendant d’une grosse Hummer noire, qu’il arrivait à peine à garer dans la rue. Il était un caïd du cartier, on disait qu’il contrôlait les dealers du coin et qu’une partie des ceux qui fréquentaient le local travaillaient pour lui régulièrement ou occasionnellement. Pourquoi venait-il personne ne pouvait le dire. Avait-il des affaires avec le turc ? Avec quelqu’un d’autre ? Ou c’était tout simplement pour qu’on n’oublie pas qui était le vrai maître des lieux ?

On le traitait avec un certain respect, son groupe avait sa place préférée, mais il ne s’agissait pas de peur. Personne, d’ailleurs, ne craignait vraiment personne dans « Les Blakans », même si les menaces et les querelles étaient fréquentes. Mais ce n’étaient que des joutes verbales. Pour quelqu’un qui ne connaissait pas l’endroit et sa population, cela pouvait vraiment faire peur, on a même renversé des tables et cassé de la vaisselle, mais, bizarrement, il n’y a jamais eu de violence physique. Il y avait des limites que personne n’osait franchir et, comme par enchantement, toute querelle s’étouffait d’elle-même. Tout simplement, ici on n’avait pas le droit de montrer des signes de faiblesse, de passer pour une mauviette. C’était pire qu’une question de coup reçu ou de se faire tabasser. C’était une question de vie ou de mort. Tu devais être du business ou tu étais mort. Soit tu étais un dur, un vrai mec, et tu en faisais partie, tu pouvais espérer des miettes du gâteau, soit tu étais un torchon et tu étais mort. Personne ne faisait du business avec les torchons… Et pour ces gens-là ne pas en être c’était la mort, c’était se faire sortir de l’existence même, ils n’en connaissaient pas d’autres : mort de faim, de froid, toute mort possible et impossible, car même bruler, damnés dans les feux de l’enfer, faisait également partie des options envisageables.

Eri se tenait devant Yass et ses trois potes et ne savait pas trop comment réagir, mais il le fallait. Il ne parlait pas bien le français et ne connaissait pas encore les codes du jargon local. Il pourrait lui dire quelque chose en italien ou roumain, mais là, cela ne lui paraissait pas approprié. Il pouvait perdre la face et les railleries pouvaient empirer… Ici, on craignait également le ridicule. Ce n’était pas tout à fait la mort, mais c’était définitif et irrémédiable… Un bouffon faisait partie du circuit, mais il était condamné à faire le clown et ramasser la miséricorde des autres. Un clown ne pouvait pas monter dans « les affaires ». Et Eri voulait monter en grade. Il avait des plans. Il pensait déjà à mettre sur pied une « production » qu’il gérerait lui-même. Les choses ne se sont pas vraiment bien passé en Italie. C’est pour ça qu’il est monté sur Paris…

xxx

Eros n’était pas son vrai nom. Mais il s’en foutait, car il ne savait pas s’il avait un nom. Il n’avait pas d’âge non plus. En tout cas il ne le connaissait pas. On aurait dit 14-15 ans, mais qui pouvait le savoir ? Il avait grandi dans les égouts de Bucarest et n’avait aucune idée de comment il s’est retrouvé là-dessous. Tout ce dont il se rappelait c’était l’endroit douillet et crasseux, une sorte de nids de chiffons dans les souterrains, où il vivotait avec un groupe de cinq enfants sous un adolescent tyrannique, Calu (le cheval), qui avait droit de vie et de mort sur tout le monde. Ils « produisaient » en faisant la manche aux alentours de la Gare de Nord de Bucarest. Tout ce qu’ils amassaient était versé à Calou. Tout, même la nourriture. Si on cachait quelque chose – c’est Calou qui décidait de la punition. C’est lui que répartissait également la nourriture et la « colle » qu’ils sniffaient dans des sacs en plastiques. C’est comme cela qu’on les appelaient à l’époque : « les aurolacs »… Ce qui les gardaient en vie c’était leur capacité à « produire ».

A l’époque on l’appelait Mutu (le muet), car il ne parlait presque pas… En plus, il avait une certaine ressemblance physique avec la star de foot de l’époque : Adrian Mutu... C’est cette ressemblance et sa moue plutôt mignonne qui l’a en quelque sorte sauvé et protégé. Elle avait un prix potentiel, autrement il aurait pu se retrouver facilement estropié pour faire plus pitié ou purement à cause d’un éclat d’humeur de Calu. Après, les choses se sont gâté pour Calu. Les autorités ont décidé d’en finir avec les « aurolacs ». On les chassait dans les rues. On fuyait les flics et les services spécialisés sans savoir qu’on fuyait le salut… Mutu courrait vite. On ne l’a jamais chopé.

Mais Calu a dû « fermer boutique ». Il a vendu Mutu à un Monsieur. Et c’est Monsieur qui lui a donné son dernier surnom, Eros, comme le chanteur italien, disait-il. Avec Monsieur, Eros a connu la vraie vie. Il vivait dans un appartement à Bucarest avec eau chaude, et baignoire, et télé, et frigo, et tout, et tout… Ils étaient quatre à partager un deux pièces. Monsieur les gâtait. Il leur achetait de la bonne bouffe, des sodas, des sucreries. La vie était belle. Il suffisait de respecter les règles, autrement plus clémentes que celles de Calu. Interdiction de sortir, interdiction de faire du bruit, de s’approcher de la porte d’entrée et de rester trop longtemps à la fenêtre. Interdiction de la « sniffe » également et au début ce fut très dur, mais Monsieur disait que c’était mauvais pour leur santé. Ils avaient la télé, mais ils s’emmerdaient à mort quand-même.

La seule chose que Monsieur leur demandait en retour c’est de se faire prendre en photo de temps en temps. C’est lui qui les prenait en photo et qui leur disait comment se mettre. Le plus souvent – tout nus. Monsieur se mettait tout nu également. C’était rigolo. Surtout quand sa bite se dressait. Il leur permettait de la toucher. Cela s’appelait « avoir une érection ». Il leur arrivait d’en avoir aussi, mais leurs sexes, mêmes en érection, étaient petits et ridicules. Celui de Monsieur était impressionnant et, si on faisait comme il disait, il pouvait « éjaculer ». Il devenait tout rouge et drôle à voir. Ils en riaient et se foutaient de sa gueule. Monsieur détestait qu’on se foute de lui. Quand il se fâchait il lui arrivait de les rouer de coups. Il avait peur du ridicule, par conséquent cela n’arrivait pas si souvent que ça. Mais il leur disait qu’il leur apprenait la vie et que s’ils maitrisaient bien « le métier » ils pouvaient « mener par la bite » n’importe qui. C’est pour cela qu’il fallait qu’ils regardent des films avec des mecs à poil qu’on appelait des « pornos ». C’était très gentil de sa part de leur apprendre la vie. Ce fut la belle époque.

A part qu’ils ne pouvaient pas sortir. Monsieur leur disait que dans la rue c’était dangereux, car la police chassait ceux de leur espèce, mais que bientôt tout se calmera, la chasse aux « aurolacs » finira et qu’ils partiront ensemble à l’étranger. L’étranger c’était le paradis. C’était la belle vie. Comme à la télé. L’appartement, ce n’était encore rien. Ils n’ont encore rien vu… Et ils attendaient.

Et l’attente ne dura pas longtemps. Monsieur devint nerveux. Il disait qu’il avait des soucis et que la police était à ses trousses. Le jour où quelqu’un sonna à la porte ils eurent vraiment peur. Ils n’ouvrirent pas et il ne se passa rien. Quand ils le racontèrent à Monsieur celui-ci s’affola également. Il disait qu’on le persécutait pour avoir sauvé des « aurolacs », parce qu’il prenait leur défense, parce qu’il était leur ami. Il disait que le moment était venu de fuir à l’étranger. Tout le monde était excité à cette idée.

Quelques jours plus tard Monsieur leur montra quatre passeports tout neufs. C’était leurs billets pour l’étranger. Les deux premiers partirent le lendemain pendant la nuit. Deux jours après ce fut le tour du troisième. Ils partaient avec des personnes inconnues qu’il fallait appeler « papa » et « maman ». Monsieur dit à Eros qu’ils allaient partir ensemble. Eros s’appellera pour tous ceux qui demanderaient, surtout la police ou à la frontière, Lucian Grigorescu. Il fallait bien se rappeler cela : Lucian Grigorescu et Monsieur sera dorénavant Petru Grigorescu. Il fallait lui dire « papa ». C’était très important. Si Eros se trompait, c’était la mort pour tous les deux. Mais tout alla bien. Ils prirent l’avion. Ce fut génial. Ils mangèrent des glaces à l’aéroport. Eros se sentait roi.

Après, ils arrivèrent à Milano, en Italie. « Papa » le passa à un type baraqué sur le parking de l’aéroport ainsi que son passeport, empocha une enveloppe et disparut. Eros ne le revit jamais. Mais l’Italie n’était pas encore l’étranger. Eros fut enfermé à nouveau dans un appartement. Cette fois-ci il était avec une fille. De temps en temps on amenait des hommes et la fille les suivait dans la chambre d’à côté. On entendait des cris comme dans les films pornos. Parfois, c’est lui qu’on demandait. Et il faisait « le métier ». C’était des « clients ». Un jour, un client l’a poussé violemment sur le lit sur le ventre, mais au moment où il défit sa braguette la porte de la chambre s’ouvrit et le type baraqué qui veillait sur eux fit irruption et chassa méchamment le client de là. Il disait qu’il ne fallait pas « gâcher la marchandise ». On avait d’autres plans pour lui. Un autre jour, c’est une femme qu’on lui amena et ce fut un désastre. Il ne savait pas quoi et comment faire. Il eut peur. Mais la femme paraissait très contente. Elle lui prix le sexe dans la bouche jusqu’à ce qu’il se mette en érection, après quoi elle lui monta dessus, mais, de peur, son érection tomba aussitôt… Elle n’en était que plus excitée en bougeant comme une folle sur son sexe mou jusqu’à ce qu’elle ne parte dans des convulsions étranges qui effrayèrent encore plus Eros… Après, elle essaya de le calmer, lui caressa à nouveau le sexe avec les mains et la bouche et Eros éjacula… Lorsqu’il rentra vacillant dans la chambre qu’il partageait avec la fille, celle-ci était morte de rire, lorsqu’il lui raconta ce qui s’était passé… Elle lui demanda s’il voulait qu’elle lui apprenne comment se prendre avec les femmes. Ils eurent droit à un vrai festin ce soir-là. Le type baraqué lui dit qu’il lui avait fait gagner beaucoup d’argent avec la femme… Mais la fille n’eut pas le temps de lui apprendre quoi que ce soit… Elle fut remplacée par une autre le lendemain.

Après, on commença à l’emmener dans des maisons, appartements, des hôtels, des endroits de plus en plus luxueux. Il « faisait le métier », surtout avec des hommes, plus rarement avec des femmes, des fois même avec des couples… Il gagnait beaucoup d’argent, ou plutôt il faisait gagner, car il n’en voyait pas la couleur. Il avait essayé d’en cacher, mais on le fouillait toujours et il se fit tabassé la fois où il avait essayé de cacher un billet dans son slip… Somme toute, la vie n’était pas si dure, mais Eros souffrait de l’injustice qu’on lui faisait. Il voulait s’enfuir, ou au moins qu’on lui donne une partie de l’argent qu’il gagnait. Il voulait à l’étranger.

C’est ainsi que des mois s’écoulèrent. Les filles de l’appartement changeaient régulièrement. Il y eut même des roumaines. Il était content de leur parler. Mais il n’éprouvait rien à leur égard. On les traitait avec beaucoup plus de violence que lui. Il en prenait soin lorsqu’il arrivait qu’elles soient battues ou malades… Mais ce n’était pas de la compassion, ni de la pitié… C’était du business… Ils « produisaient » et c’était ainsi…

Après, on le déménagea et il vit seul, dans un appartement plus luxueux. Enfin, pas tout à fait seul, il y avait toujours un type baraqué avec lui. Mais ils étaient tous gentils avec lui s’il se conduisait bien. Son physique attrayant et la connaissance du « métier » protégeait Eros en quelque sorte. Il était né sous une bonne étoile. Il était reconnaissant à Monsieur maintenant pour l’apprentissage. Il apprit un peu d’italien. Il parlait un peu avec ses clients. Il commença à en avoir des réguliers. Il savait les « mener par la bite ». Surtout un type l’intéressait beaucoup. Il disait qu’il venait de l’étranger, de Paris. Qu’il venait exprès pour lui à Milano. Qu’il était quelqu’un d’important là-bas. Il lui a même dit où il habitait. Eros le voyait deux-trois fois par mois. Il se construisait un monde en écoutant et en regardant. Il nourrissait un plan d’évasion.

Après, il y a eu la descente de la police. Eri vit l’arrestation de son gardien de ses yeux lorsque la police fracassa la porte de l’appartement. Bizarrement, on ne le menotta pas et quand ils sortaient de l’immeuble, Eri s’arracha et courut, et courut, et courut jusqu’à perdre haleine… Il courrait toujours assez vite. En tout cas mieux que les policiers.

Il était libre ! Maintenant, il pouvait partir à l’étranger. Il lui fallait arriver à Paris.

xxx

Et il y arriva. Cela faisait plusieurs mois qu’il était à Paris. Non, l’étranger ce n’était pas ici non plus. Mais bon, il fallait se débrouiller ici-bas. Il commença par chercher son client français de Milano. Il n’y croyait pas beaucoup au début, mais quelle fut sa surprise lorsqu’il trouva l’adresse ! Cela ne voulait pas dire grand-chose, mais pour passer du désespoir à l’espoir un rien suffit. Il guetta pendant plusieurs jours dans les alentours et au moment où il pensait abandonner il le vit ! Le con ne lui a même pas menti ! Bien évidemment « le client » eut peur, bien évidemment il paya pour qu’Eri disparaisse à jamais. C’était beaucoup d’argent pour Eri : 1000 Euros ! Jamais il n’avait tenu dans ses mains une somme pareille ! Avec ça il pouvait penser à se mettre en patron. Il pouvait trouver de la chair pour « produire ». Mais ce fut plus difficile qu’il ne le pensa… Les gamins qu’il côtoya dans le bois de Boulogne étaient tous sous quelqu’un. Il fallait les racheter ou en trouver de nouveaux. Il a essayé de « produire » dans les bois à son compte, mais on lui fit comprendre qu’il fallait acheter sa place.

Les 1000 euros n’étaient pas suffisants… Et de toutes les façons, ils partirent vite en fumée. Le turc lui trouva une place dans une roulotte, service qu’il paya et il y avait le loyer de son couchage à payer aussi… Il ne voulait pas encore retoucher au « client français ». C’était un fonds de commerce à exploiter plus tard. L’idée de devenir « patron » était maintenant trop bien enracinée dans sa tête. Même si là il était au sec, il y travaillait. C’est pour cela qu’il voulait se rapprocher de Yass. Il y avait du business à faire ensemble. Yass fournirait la drogue et Eros – la chair. Cela pouvait leur apporter très gros. Peut-être même que Yass pouvait lui financer la constitution du « capital ». Eros croyait que personne ne savait mieux que lui « le métier » de la « conduite par la bite » et voulait convaincre le dealer à se mettre en business ensembles…

Mais Yassine s’est foutu de lui. Comment faire du business avec quelqu’un qui se fout de toi en public ? Comment faire du business avec quelqu’un qui se laisse humilié de la sorte en public ? Ses projets étaient en grand danger…

Eri serra fort le couteau qui était dans sa poche. Il le sorti, et appuya le ressort. La lame de son couteau scintilla dans le pénombre des «Balkans ». Le moment d’après il se jeta sur Yass. Mais Yassine n’était pas la police. Ni ses sbires. Ils étaient rapides et forts. La lame d’Eros fut détournée et il ne fit que blesser légèrement Yass. Il fut plaqué à terre et roué de coups de pieds. Le turc essaya d’arrêter le massacre et s’interposa. C’était son local. On ne pouvait pas le mettre en danger de la sorte. On ne pouvait pas tuer dans « les Balkans ». Eros, il s’en occupera lui-même. On ne comprit pas comment, et par quel moyen, quels arguments avança le turc, mais il dut en avoir de lourds, car Yassine et les siens quittèrent les lieux, laissant Eros giser dans une flaque de sang, mêmes s’ils étaient furieux et prêts à tout casser…

Personne ne revit Eros depuis ce jour-là dans « Les Balkans ». Personne ne revit Eros tout court. Personne ne s’en soucia non plus.

Deux semaines plus tard la Hammer noire de Yass s’arrêta net devant « Les Balkans ». En même temps, trois personnes sortirent de la voiture des jerricans à la main. Ils firent irruption dans le bar, aspergèrent tout d’essence et, en partant, jetèrent des bouteilles molotov à l’intérieur. Cela ne dura que quelques minutes… « Les Balkans » s’embrasa et brula entièrement. Il y eut des victimes.

 

(Note : Ce texte est pure fiction. Aucune correspondance avec de faits réels ne saura être faite.)

C'est un des 10 textes qui ont été proposés au public en vu du "Salon du Livre des Balkans 2018"  

Eros dans "Les Balkans"

Partager cet article

13 avril 2018 5 13 /04 /avril /2018 17:10
и что-то теплится, но это не надежда

и смерти торжество

и тождество

и пыль глумящаяся между смрадом

а может чей-то пепел

разбитый на частицы ядерным зарядом

и танцы слез под яркой бирюзовой высью

недосягаемой и оттого невыносимо низкой

все смерть и смердно все

и в безрассудном беге зелень

чрез серость прoбиваясь

неисправимо и неумолимо погибает

уткнувшись в наши бренные тела

мы жаждем жизни, да на долгие века!

все всасывая смыслы и любви основы

не оставляя солнцу ничего, лишь нашу злобу

и что-то теплится, но это не надежда

лишь фитилек запала или залпа

по нашим прошлогодним будням и стечениям

а может и вчерашним, не в том суть,

прогнило завтра... ничего, забудь !

ты съешь его сегодня с потрохами!

ведь все равно же всех и все забудут

и даже не простят, но ведь и не oсудят...

Partager cet article

29 janvier 2018 1 29 /01 /janvier /2018 17:58
Alain Fleischer, "L’homme dans les draps" (2003).

Alain Fleischer, "L’homme dans les draps" (2003).

Acel care ar fi încercat să descrie salonul în care dormita Omul în alb ar fi fost pus la grea încercare. Un singur lucru se putea spune cu certitudine : era luxos. Exuberant de luxos. Atât. Mobila și obiectele nu aparțineau nici unui stil, nici unei epoci anume. Erau acolo și o figurină din Egiptul antic și un bronz pe care un expert l-ar atribui simbolismului timpuriu din sec. 19; O pictură renaştentină florentină, o madona cu un prunc în brațe, atârna alături de un tablou în stilul avangardei rusești. Ambele aveau aceleași dimensiuni și erau înrămate în cadre aurite similare care disonau cu conținutul, de un baroc luxuriant... Un alt perete era în întregime ocupat de o bibliotecă din lemn sculptat, într-un stil oriental, cu elemente înserate din eben, care semănau mai degrabă a ceva african... Pe rafturi – tot cărți legate bogat, unele părând a fi foarte vechi. Cu toate acestea şi în pofida acestei adunături eteroclite de artefacte, ansamblul nu lăsa impresia de kitsch. O armonie stranie și greu de sesizat făcea posibilă acea coabitare a obiectelor în același spațiu...

Într-un șemineu masiv, care ar putea fi calificat de medieval, ardeau câțiva bușteni groși, dar nicăieri nu era nici urmă de funingine sau cenușă. Focul ardea, dar parcă fără a consuma lemnul, fără a scoate fum… Omul în alb ședea afundat într-un fotoliu moale, de culoare albă și el. Părea că dormitează, dar ținea ferm în mâna dreaptă, sprijinită de cotiera fotoliului, un ciubuc otoman încrustat cu elemente de fildeș din care scotea din când în când câte-un fum... În față-i era o masă din piatră de șah cu piesele sculpate în stil indian, dispuse în formațiunea lor inițială. De cealaltă parte a mesei se afla un fotoliu exact la fel, dar negru.

Fără să se fi auzit o ciocănitură sau sonerie, ușa salonului se deschise și intră Omul în negru. Fără a saluta, se îndreptă direct spre fotoliul negru și se așeză la rându-i. Trase un sertar al mesei de piatră și luă dintr-o cutie un trabuc, tot din același sertar scoase un foarfec și o brichetă. Omul în alb își ridică ochii. Îl privi impasibil. Cât timp acesta își pregătea și aprindea trabucul, Omul în alb se ridică și se indreptă spre un mini-bar. Scoase o sticlă și turnase în două pahare din licoarea care, dacă e să ne conducem după culoarea ei și după forma paharelor, era un whiskey. Apoi reveni la masa de joc. Îi întinse Omului în negru unul din pahare. Se așeză din nou în fotoliul său, alb.

  • Întotdeauna m-au amuzat acei care-și urează sănătate bând alcool, zise Omul în alb. E ceva care nu-i spus până la capăt în această urare. E ca și cum ai dori să-ți rămână intactă o capacitate pe care o distrugi deliberat. Amuzantă este tocmai asocierea acestei urări cu actul distructiv propriu-zis. Nu-ți propun să ciocnim. Să evităm eforturi inutile. Să decadem în simplă tradiţie nu ne-ar face cinste. Oricum stocurile mele de otrăvuri nu au fost înnoite, iar la cele vechi te-ai mitriditizat deja, nu-i așa?
  • Ai avut întotdeauna un umor specific. Ştii că te admir pentru asta? îi răspunse Omul în negru.
  • Oricât de straniu nu ar părea, abia acum aflu. Recunoştinţa mea nu are margini, după cum înţelegi.

Omul în negru gustă din conţinutul paharului...

  • Lasă-mă să ghicesc: 23-25 de ani, înnobilat în lemn de Mizunara.
  • Eşti un expert.
  • Iată unul din efectele pozitive ale războaielor. Cine ar fi crezut că japonezii vor învăţa să facă un asemenea whiskey?
  • Sunt perfecţionişti. Dar perfecţionismul lor este şi marea lor nenorocire. Ei tratează lumea de parcă totul ar fi o continuă ceremonie de ceai... Acolo unde ceilalţi învaţă din erori, ei se încăpăţânează în a perpetua doar ceea ce ştiu a face bine. Până nu vine o mitralieră Gatling sau un Fat man de mână cu Little Boy peste ei...
  • Simplifici. În alte părti sau măcelarit la fel de bine și fără factori exogeni. Erorile celorlalți costă la fel de scump, dacă nu mai mult... Și nici nu cred că învață cineva din ceva. Oamenii au memorie scurtă. Mai bine zis, oamenii poate și au ceva memorie, fiecare în parte. Dar omenirea, dacă e să ne referim la ea ca la o entitate, fie și colectivă, nu prea are. Mă amuză chestia asta cu memoria colectivă. În cel mai bun caz această „memorie” nu e altceva decât o cacealma din memorii individuale puse într-o oală pe care cineva, cu intenții ce nu au nimic de a face cu trecutul, o pune la foc și o condimentează după bunul lui plac. Ceea ce mă face să cred că așa ceva elementar nu există. De îndată ce dispar ultimii martori oculari, urmașii lor se comportă de parcă nimic nu s-a întâmplat.
  • Vrei să zici că memoria nu poate fi decât strict individuală?
  • Așa reiese. Mai mult decât atât: sunt tentat să cred că memoria nu este rațională. Ce folos din toate letopisețele, cărțile de istorie sau arhive? Din moment ce evenimentul nu mai este trăit, el intră întro zonă a abstractului. Memoria e ceva ce ține de emoții nu de cunoaştere. Iar emoțiile nu pot fi colective.
  • Ba pot. Oare de puţine ori popoare întregi au fost cuprinse de crize demenţiale? Noaptea Sfântului Bartolomeu, pogromurile evreilor, Rwanda... Putem continua, nu-i aşa? Le cunoşti pe toate mai bine decât mine.

Omul în negru l-a privit cu un zâmbet sarcastic pe Omul în alb. A mai sorbit din pahar. A tras un fum din trabuc.

  • Acolo funcţionează puţin altfel de mecanisme... Mi-ar trebui zile întregi pentru a ţi le descrie. Dar sunt sigur că le înţelegi destul de bine. Or, noi şi aşa am ajuns prea departe. Nu ziceai chiar tu că nu ar trebui să pierdem timpul cu futilităţi? Am venit să facem o partidă, nu?
  • Ai dreptate. Câta filozofie dintr-un pahar! „Bea vin ! în el găsivei Viața-fără-moarte. Pierduta tinereţe din nou ţi-o va reda, Divinul timp al rozei şi-al inimii curate! Trăiește-ți clipa dată! Căci clipa-i viața ta!
  • Iată un om care împăca bine lectura coranului cu băutul vinului!... Urmaşii sai l-ar decapita, probabil.
  • Iar inamicii de altă dată i-ar fi acordat Premiul Nobel pentru Pace...

Omul în negru nu continuă discuţia. Se sculă în picioare, se apropie de peretele cu cele două picturi. Luă trabucul aprins și îl stinse apăsând vârtos, pe rând, de fiecare din ochiul pruncului... Se îndepărtă apoi puțin de tablouri și aruncă trabucul stins într-un coș de gunoi de birou ce era la vre-o 5 metri depărtare. Trabucul a descris o traiectorie perfectă și a nimerit ținta, dar nu s-a auzit niciun zgomot la căderea lui. Cât timp bărbatul stătea cu spatele, Madona și-a strâns protector pruncul în brațe, apoi cu mâna liberă i-a scuturat scrumul din ochi după care a revenit la postura inițială. Omul în negru s-a întors din nou la tablouri. Fața pruncului era exact ca mai înainte. Nici urmă de arsuri... Omul în negru i-a zâmbit condescendent Madonei...

  • Nimeni nu-i în puteri să schimbe mersul firesc al lucrurilor, nu-i aşa?

Apoi a revenit la fotoliul său şi s-a înfundat în el.

  • Începem? Cu care joci?
  • „Mersul firesc al lucrurilor” zice că Omul în alb joacă cu negrele, Omul în negru – cu albele. Ai onoarea să faci prima mutare.
  • Mă plictiseşte mersul firesc al lucrurilor. Negrii ar trebui să joace cu negrele, albii – cu albele.
  • Atunci jocul pierde orice sens. Te rog, fă mişcarea.

Tonul Omului în alb nu lăsa loc pentru ezitări. Cu mâna stângă el facu un gest de invitaţie spre tabla de şah. Omul în negru, afişând un fel de plictiseală indiferentă, apucă un pion şi îl mişcă înainte.

Partager cet article

27 décembre 2017 3 27 /12 /décembre /2017 16:04
Atavisme de Crăciun

Detest mandarinele stricate

O obsesie

În fiecare zi verific cutia

Dacă nu cumva s-a stricat

Vreo una peste

Noapte

 

Iarna

Niciodată nu se termină

Mandarinele din casă

Am eu grijă de asta

 

Îmi plac jucăriile de brad

Am cheltuit o avere

Pe ele…

Când eram mic aveam

Un clovn şi

Un iepuraş

De sticlă.

Şi un glob magic

Uşor şi aerian

Sticlă aeriană…

Şi astăzi îmi este frică

Să le sparg

Toate visele mele

Sunt globuri

Din sticlă aeriană

Precum ACELA

Pe care l-am spart

Din întâmplare…

 

Detest să mi se ofere

Cadouri de Crăciun

Detest cadourile în general

Nu vreau nimic

Nu-mi oferiţi nimic

Vă implor

Niciodată

Sub nicio formă

Atât de mult mi-am droit

O jucarie încât

A devenit mare

Cât o planetă venită din

Altă galaxie

Şi a eclipsat totul…

Nimeni nu-i de vină

Mi-a fost oferită

De Anul Nou

Eu nu mai vreau ca

O maşinică din plastic

De rea calitate

Să poată eclipsa ceva…

Aşa erau atunci visele

De rea calitate şi

Pe jumătate stricate

 

Acum ar trebui să termin

Să pun un final

La acest text

Să găsesc o metaforă trăsnită

Unul cu Leru-i ler

Şi Florile dalbe

Care nu veneau niciodată

În oraşul nostru tern

Dar veneau când eram la bunei

Nu-s

S-au terminat metaforele

La magazin

Nu se mai vând

Trei la leu

 

Mi-a zis mai deunăzi

Un om deştept

Astea nu-s poeme

Sunt un fel de tablete

Un fel de… texte

Poezia e altceva

Nici nu contest

Poezia

A rămas prinsă

Într-un glob de

Sticlă aerian

 

Nu, nici în acest oraş

Nu vine nimeni

Cu Florile dalbe

Partager cet article

22 décembre 2017 5 22 /12 /décembre /2017 14:16
1989. Revoluţia

Când eram copil

Mă jucam de-a moartea

Închideam ochii şi mă prefăceam mort

Gata, am murit

Să vină mama să mă vadă

Cum am murit

Să-i pară rău

Să plângă toţi de jale

Să vină toţi

Să vadă

Ce copil mininat au pierdut

Să ştie ei cum să mă mai certe

Altădată… 

Dar nu funcţiona

Niciodată…

 

Nu poţi să te prefaci mort

Asta am înţeles atunci

Când eram copil…

 

Nu există moarte prefacută

Nu există moarte făţarnică

Nu există moarte în suspans

Nu există moarte pe datorie

Nu există moarte interesată

Nu există moarte conformistă

Nu există moarte traseistă

Nu există moarte complotistă

Nu există moarte manipulatorie

Nu există moarte contemplativă

Nu există moarte indiferentă

Nu există moarte proletară

Nu există moarte intelectuală…

 

SE MOARE

DEFINITIV

ABSOLUT

SI PENTRU TOTDEAUNA

 

Voi, acei care nu credeţi,

Să mergeţi

Măcar o dată

în faţa unui tanc

sau TAB

sau măcar a unui şir

de ostaşi înarmaţi

şi să le strigaţi în faţă :

LI-BER-TA-TE !

 

Apoi să veniţi

Să discutăm

La un pahar de şampanie

Şi fursecuri

Dacă a fost revoluţie

În 1989

Ori ba.

 

Origine imagine

 

Partager cet article

4 octobre 2017 3 04 /10 /octobre /2017 16:59
când totul dispare

Iar când totul dispare

îmi rămâne doar un singur

colac de salvare

poluat de aceste rime de care

nu reuşesc să mă dezbaier.

(Îmi zicea un „poet profesionist”

că ar trebui să evit rima.

Încerc altfel: „nu-mi rămâne decât o scăpare”.

Degeaba!.. e tot acolo!

Nu ştiu de unde apare...)

 

Iar când nimic nu va fi

tot va rămâne ceva:

Cuvântul (poate)!

Poate acel de la începuturi

dar poate un altul

poate doar un suspin

o chemare (blestemata de rimă...)

 

Îmi arată un

teoritician al literaturii

un „poem” lung

într-o carte

constituit în exclusivitate

din decupări

din cutii de cereale Kellogg’s

da, există şi aşa cărţi:

depinde cine taie

depinde cine face colajul.

unii ajung la casa de nebuni

alţii – în cărţi

eu unul nu aş risca:

cine ştie peste cine dau?

cuvântul e una, mediul – altceva

şi-apoi nici original nu-mi pare (rimă)

 

Cum să ştii oare (rimă)

Care (rimă)

O fi cuvântul de la care (rimă)

O fi pornit avântul (rimă)...

 

Îmi cer iertare (rimă),

dragă Rima (rimă),

colegă de la capătul celălalt al pământului

că ţi-am pomenit atât de des prenumele

nu era nicio intenţie

pre(a)mărgătoare (rimă)...

 

Ce voiam să zic, de fapt

de la bun început?

când totul dispare

rămâne un poem...

 

dar care?..

 

Origine imagine

Partager cet article

31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 01:40
Who cares about Lara Fabian?

Hei, bebe, o ascult pe BEBE

 

Hay un trozo de luz

en esta oscuridad

para prestarme calma.

El tiempo todo calma,

la tempestad y la calma,

el tiempo todo calma,

la tempestad y la calma.

 

Ce bine sună spaniola, bebe,

calma, calma, calma, calma, calma,

 

Drăcie

Totul sună bine

Iar mie îmi ţiuie în urechi

Tocmai când s-ar părea

că totul sună mai bine

mie îmi ţiuie oribil în urechi

 

Je suis malade,

Complètement malade

Asta-i din Lara Fabian

Deşi atunci când l-am auzit

Pentru prima dată

Era într-o piesă de Roman Viktyuk

Nu ştiam că e Lara Fiabian

Când am ajuns în Franţa

Am aflat că-i de Lara Fabian

Adică e mai vechi decât Lara Fabian

Dar ce contează?

Aici toţi râd de Lara Fabian, bebe,

Nu înţeleg cum poţi râde de cineva

care cântă într-o piesă de teatru

de-a lui Roman Viktyuk…

 

Drăcie!

Nu despre asta voiam să zic

Who cares about Lara Fabian?...

 

Şi franceza sună bine, bebe

Dar îmi ţiuie oribil în urechi

Nu e criză existenţială

şi nici metafore nu pot să fac

când îmi ţiuie în urechi

 

Drăcie,

Sunt bolnav, bebe,

Pur şi simplu sunt bolnav

Şi mă doare capul

mă străfulgeră şi rupe bucăţele

şi îmi ţiuie oribil în urechi.

 

Tocmai acum…

Când s-ar părea

că totul sună mai bine

mie îmi ţiuie oribil în urechi.

 

Partager cet article

Despre PUNCT-ul din .FR

Poveşti, povestioare, gânduri, reflecţii, idei mai profunde şi mai superficiale, grave si ilariante... un punct de vedere şi doar atât. Doar un punct în imensitatea blogurilor. Doar un punct din atâtea altele dispersate în nebuloasa reală si virtuală. Doar un punct. Deşi... câte odată nu-ţi lipseşte decât un punct pentru a fi un i! 

"De sus, din vârful săptămânii,
să le rânjesc urlat, scârbos:
iubesc doar locul nu stăpânii,
precum fac câinii pentr-un os.

Şi iarăşi şapte gospodine
să dea cu bolovani în mine,
iar eu să urlu, urlu-ntruna
atât cât n-o apune luna."  Nichita Stănescu

Rechercher